Pour mes sistas assises sur le trône de leurs existences

Nous qui n’avons jamais eu le luxe d’être dans l’ambiguïté, qui avons été insultées, rabaissées, humiliées pour nos grosses narines, notre peau trop noires, nos cheveux trop crépus, nous adolescentes qui étions les niafous, qui avons été traité d’aliénées quand nous avions des cheveux lisses, de nappy extrémistes quand ils étaient crépus, nous et nos corps qui ne sont jamais entrés dans un XS. Nous qui avons grandi dans la certitude que nous ne serions jamais la définition de la beauté, que dans notre propre communauté on peut entendre des “tout est noir, sauf ma meuf”

Nous qui ne pouvons compter sur aucune porte de sortie, parce qu’il n’y avait aucun doute que nous avions grandi dans la noirie, la noirie précaires, avec nos fratries trop grandes, nos appartement trop petits et leurs lits superposés.

A mes sistas assises sur le trône de leur propre existence, je vous envoie plein de love dans ces heures sombres de célébration d’une future princesse “proud bi-racial” qui ressemble à tout ce que n’avons jamais été, tout ce que nous ne serons jamais, à tout ce que nous avons parfois essayé et rêvé d’être.
Mais nous avons donner la route aux fantasmes et la honte, nous nous y sommes arracher pour finalement embrasser notre propre magie.

The function of freedom is to free someone else” Toni Morrison

Chaque jour nous travaillons à y faire monter d’autres sistas sur leurs propres trônes. Qu’elles puissent régner sur elles-mêmes, être libre et utiliser cette liberté pour libérer une autre personne.

Pour qu’elles trouvent  fierté et  amour d’elles-mêmes autre part que dans des icônes  – qui ont besoin d’être le plus loin possible (ou garder une distance de sécurité) avec ce que nous sommes pour occuper les places qu’elles occupent.

Nous régnions sur des territoires infinis de notre identités, que nous avons arrachés à force de luttes avec nous mêmes, l’Histoire, le pays dans lequel nous vivons, le quotidien. Nous savons le loyer que nous payons pour y rester, ce que cela coûte de résister, que nous avons chuté – parfois, que l’on nous y a arraché – souvent.

A mes sistas assises sur le trône de leur propre existence : you are enough

We Are Ugly But We Are Here.

P.S : Je ne préfère même pas parler des Noir-e-s qui voit en ce mariage un avancement pour les Noir-e-s. Depuis date que des femmes se marient avec des princes, que certaines sont même reine est-ce que ça améliorer quelque chose pour les femmes. Il semble que la jurisprudence Obama n’a pas servi de leçon.  Dans la famille, “supportons les Noires bourges parce que la représentation va régler tous nos problèmes” je préfère de loin la team Michele Obama, Beyonce, Rihanna, qui au vu de leur apparence et de leur histoire familiale ressemblent à la majorité des Noir-e-s en occident.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s